Un programme de revitalisation

Fin 2014, la communauté de communes du Val de Ligne et la commune de Largentière ont été conjointement lauréates d’un dispositif expérimental lancé par l’Etat, qui vise à redonner vie et dynamisme aux territoires ruraux en soutenant le rôle de centralité et l’attractivité de leurs centres-bourgs.

CONSTRUIRE A PARTIR D’UN HÉRITAGE 

Riche d’un exceptionnel patrimoine, hérité de son histoire médiévale et de son passé industriel peu commun (mines argentifères), le bourg de Largentière a connu suite à la disparition de l’exploitation minière dans les années 1980 une profonde mutation : déclin démographique, perte de dynamisme économique, dégradation du patrimoine et de l’image de la commun.

Quant au territoire du Val de Ligne, il offre un cadre de vie de grande qualité, mais souffre d’une certaine faiblesse identitaire et d’une méconnaissance de ses richesses.

Il s’agit donc d’impulser une nouvelle dynamique en s’appuyant sur les atouts du bourg-centre historique de Largentière et sur la situation du Val de Ligne au cœur de l’Ardèche du sud.

FORMULER UN PROJET POUR LE TERRITOIRE

L’objectif est de créer les conditions du changement. Pour cela, on agit sur 3 grands leviers :

  • La rénovation du cadre de vie : amélioration de l’habitat, encouragement à la rénovation énergétique, requalification d’espaces publics… ;
  • La redynamisation du tissu économique et culturel : soutien et accompagnement des initiatives locales, mais aussi renforcement ou repositionnement de services publics ;
  • La préservation et la mise en valeur du patrimoine local : mise en place d’une AVAP (aire de valorisation de l’architecture et du patrimoine), valorisation touristique et culturelle du patrimoine emblématique…

Pour le Val de Ligne et pour Largentière, ce projet est l’occasion de tracer les contours d’un projet de territoire et de renforcer la cohérence de leurs politiques et actions.

ARTICULER DEUX ÉCHELLES D’ACTION

Le centre-bourg de Largentière appelle des efforts particuliers de revitalisation, par exemple en matière d’habitations, de services ou de commerces.

Cependant, le projet se déploie aussi à l’échelle du territoire intercommunal du Val Ligne, avec la mise en place de politiques structurantes, surtout au niveau du développement économique.

Ces deux échelles sont très complémentaires. En les alliant, on favorise une action plus cohérente et aux effets plus durable.

METTRE EN PLACE UNE COLLABORATION

      

Localement, ce projet est porté conjointement par la communauté de communes du Val de Ligne et la commune de Largentière, chacune pouvant être maître d’ouvrage d’une action, en fonction de ses compétences.

C’est cependant le Val de Ligne qui a été l’initiateur du projet et demeure le chef de file de son ingénierie, assurant ainsi sa coordination.

Au niveau national, le programme expérimental de revitalisation des centres-bourgs est mené sous l’égide du ministère du Logement, de l’Égalité des Territoires et de la Ruralité.

Il bénéficie du soutien financier du Fonds National pour l’Aménagement du Territoire (FNADT) et de l’Agence Nationale pour l’Habitat (ANAH).

TOURNER LE TERRITOIRE VERS L’AVENIR

Le projet de ‘revitalisation du centre-bourg de Largentière et de développement du Val de Ligne’ qui, après plusieurs années d’études, de concertation, de calibrage et d’écriture, a été officiellement engagé le 15 septembre 2017 à l’occasion de la signature de la ‘convention de revitalisation’ par ses onze signataires : la communauté de communes du Val de Ligne, la commune de Largentière, l’Etat, l’Anah, la Caisse des Dépôts, le Département de l’Ardèche, le Parc Naturel Régional des Monts d’Ardèche, L’EPORA, le CAUE de l’Ardèche, la CCI et la CMA de l’Ardèche.