En route vers les mobilités durables !

Pour la communauté de communes du Val de Ligne, compétente en matière d’aménagement du territoire, l’année 2019 a été marquée par la concrétisation, à travers plusieurs actions, de l’intérêt porté aux questions de mobilités.

Des avancées pour la politique vélo en Sud Ardèche

En aménageant leurs tronçons respectifs de voie verte, plusieurs communautés de communes ardéchoises se sont positionnées comme des actrices phares de la politique cyclable départementale. Au sud, la Via Ardèche est déjà bien entamée, grâce aux travaux réalisés par les communautés de communes du Bassin d’Aubenas, des Gorges de l’Ardèche, du Pays des Vans en Cévennes et du Val de Ligne.

Afin d’assurer le bon fonctionnement, de valoriser et de développer cette infrastructure de manière cohérente, ces dernières ont fait le choix de travailler de concert et d’associer à leurs réflexions d’autres intercommunalités intéressées (Ardèche des Sources et Volcans et Pays de Beaume-Drobie). Elles ont ainsi répondu conjointement à l’appel à projets « Vélos et Territoires » lancé par l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie (ADEME).

A elles 6, les collectivités lauréates bénéficient d’une aide financière à hauteur de 70% pour l’étude d’un schéma directeur vélo sud ardéchois, qui leur permettra de formuler et de planifier leur politique vélo, ainsi que pour le recrutement d’une chargée de mission vélo mutualisée : Andréa TISNÉ (arrivée en février 2020). Celle-ci a plusieurs missions :

  • Infuser la culture vélo sur le territoire et accompagner la (re)mise en selle
  • Organiser et développer les équipements et services en coopération avec les acteurs professionnels et associatifs et les collectivités
  • Participer à un plan de communication général à destination du grand public et des visiteurs touristiques
  • Fédérer les élus communautaires autour de la politique cyclable en associant les acteurs institutionnels, élus locaux, acteurs associatifs concernés

Une étude croisée des mobilités et des densités d’habitat

Dans le cadre de son Programme Local de l’Habitat, la communauté de communes du Val de ligne a souhaité approfondir ses réflexions sur les liens qui existent entre logements et mobilités sur son territoire :

quel est l’impact de la localisation des poches d’habitations sur les besoins de déplacement, pour rejoindre les poches d’activités (travail, services, commerces, loisirs, écoles, etc.) ?

à l’inverse, quel est l’impact des possibilités de déplacement sur la localisation des poches d’habitation et des poches d’activités ?

comment mieux appréhender ces rapports pour ajuster l’action publique ?

Afin de tenter de répondre à ces questionnements, une étude croisée « mobilités et densités d’habitat » a été lancée début 2020. Elle a été confiée à l’Agence Locale de l’Energie et du Climat (ALEC 07) et au Conseil d’Architecture, d’Urbanisme et de l’Environnement (CAUE) de l’Ardèche. Ainsi, l’intercommualité a renouvelé cette année son partenariat avec le CAUE (pour un montant de 3 000€) et son adhésion à l’ALEC07 (pour un montant de près de 2 000€).

Dans le cadre de cette étude, les habitants et usagers du Val de Ligne seront amenés à participer, à travers la réponse à un questionnaire sur les pratiques et usages en matière de déplacement (février-mars 2020) mais aussi à travers l’organisation d’ateliers ouverts au public (fin juin 2020).

Une étude statistique des mobilités domicile-travail

Grâce à sa contribution annuelle à l’Observatoire de l’Habitat porté par l’Agence Départementale d’information sur le Logement en Drôme-Ardèche (ADIL 26/07), la communauté de communes bénéficie d’études statistiques adaptées aux enjeux en matière de logement sur son territoire.

Après une étude sur les marchés de la transaction et de la location immobilères et foncières en 2017, et une étude sur la vacance des logements en 2018, c’est une étude sur les mobilités domicile-travail qui a été réalisée en 2019.

Elle alimentera les recherches du CAUE et de l’ALEC07 dans le cadre de l’étude croisée des mobilités et des densités d’habitat (cf. plus haut) et permettra elle-aussi d’ajuster l’action publique, notamment pour l’aménagement de parkings de covoiturage.